"Ahgha", sculpture de Fabrice Langlade, 2006

"Ahgha"
Sculpture époxyde de Fabrice Langlade, pièce unique réalisée en 2006.

Diamètre: 200 cm
Hauteur: 180 cm

Fabrice Langlade est né en 1964 à Reims. Ce sculpteur travaille à la fois sur les murs et les sols, et utilise des matériaux qui révèlent la sensualité du vivant.

Fabrice Langlade a imaginé un espace de jeux ou trompe-l’œil : il a reconstitué un jardin où se promènent des personnes, des animaux et des fleurs.

Ces sculptures, recto-verso identiques et inversées, sont tirées de figurines populaires et bon marché et forment toutes ensemble un monde blanc, sans âme telle l’Olympia des Contes d’Hoffmann.
“Ces jardins sont des lieux spécifiques de la fantaisie, les créations de la réalité donnée étant transportées dans un monde de représentations illimitées.
Ces curieux jardins peuvent être interprétés comme lieu de souvenirs, comme emplacement d’un quelconque événement, comme espaces des genèses inattendues de créatures jamais vues et néanmoins, familières” écrit Lóránd Hegyi.

Fabrice Langlade » a la violence des purs, il connaît les moyens de radicaliser son oeuvre en laissant l’idée seule prendre forme dans un corps apparent, ou dans une installation qui charme et inquiète. «

Cette sculpture a été exposée à plusieurs reprises, tout d’abord chez Jean-Gabriel Miterrand, puis au musée d’art moderne de Saint Etienne, à Paris au Mont de Piété dans le cadre des « Nuits Blanches », place Furstemberg, chez Deyrolles, à la galerie Frey à Salzburg, etc…

A l’occasion de l’exposition à la JGM Gallery, Communic’Art a créé et édité un catalogue comprenant les œuvres exposées ainsi qu’un texte de Jean-Gabriel Mitterrand et de Lóránd Hegyi, directeur du Musée de Saint-Etienne Métropole.